Du nouveau pour les Psychologues de l'Education nationale…

;

Nous faisons part ci-dessous d'informations récentes en provenance du Ministère de l'Éducation nationale. Si le projet annoncé comporte des avancées intéressantes, il pose cependant des questions majeures sur les modalités du pilotage du concours et de sa place en Master 1 reproduisant le modèle pourtant fort critiqué de la formation des enseignants.
Nous reviendrons prochainement sur ces informations.

Le minis­tère de l’Éducation natio­nale réflé­chit à la créa­tion d'un corps unique de psy­cho­logues pour 2016. Un nou­veau mas­ter "psy­cho­lo­gie de l'éducation et de la for­ma­tion" serait mis en place.

Un groupe de tra­vail vient de se réunir au minis­tère de l'Éducation natio­nale pour dis­cu­ter d'un nou­veau mode de recru­te­ment des psy­cho­logues de l'Éducation natio­nale. Ce recru­te­ment se ferait par concours com­mun à l'issue d'un M1 de psy­cho­lo­gie, et pour­rait être mis en place dès 2016.

Le M2 pré­paré ensuite s'intitulerait "psy­cho­lo­gie de l'éducation et de la for­ma­tion", avec deux spé­cia­li­tés dif­fé­rentes : "Apprentissages pre­miers, appren­tis­sages fon­da­men­taux, conso­li­da­tion" pour les cycles 1 à 3 et "Approfondissement des appren­tis­sages et inser­tion pro­fes­sion­nelle" pour le cycle 4, le lycée et l'enseignement supérieur.

Le recrutement serait ouvert par concours interne et externe aux candidats justifiant d’une formation initiale en psychologie d’au moins quatre années (avec le concours situé au cours de la 4e année). 

Les psy­cho­logues du pre­mier degré et les COP du second degré auraient en fin de M1 un recru­te­ment et des épreuves com­munes, sui­vis d'une spé­cia­li­sa­tion pour l'obtention de leur M2. L'objectif en créant un corps unique est de faci­li­ter la mise en place du lien école-collège entre autres. Les diplômes actuels Deps (1) et Decop (2) dis­pa­raî­traient pour deve­nir tous deux des mas­ters psy­cho­lo­gie de l'éducation et de la for­ma­tion, avec une des deux spé­cia­li­tés mentionnées.

La formation serait développée au sein d’une mention de master « psychologie de l’éducation et de la formation » afin de maintenir l’exigence d’une formation en psychologie permettant l’usage du titre de psychologue et serait rapprochée des ESPE (3) notamment pour des enseignements mutualisés liés à la culture commune des futurs enseignants. Click here to find more!

 

(1) DEPS : Diplôme d’État de psychologie scolaire
(2) DECOP : Diplôme d’Etat de Conseiller d’Orientation Psychologue
(3) ESPE : Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation

 

Appel du 19 juin

L’Assemblée Générale intersyndicale du 10 avril a réuni plus de 400 psychologues venus de toute la France. De nombreux jeunes professionnels et étudiants, notamment, ont fait part de leur mécontentement par rapport à l’absence de manifestations organisées.

Les débats ont duré près de 3 heures durant lesquels les psychologues présents ont exprimé leur précarité professionnelle de plus en plus importante et leur désir de se faire entendre des pouvoirs publics et des syndicats. La CFTC, la CGT, FO, Sud et le SNP ont pu échanger avec les psychologues, ils ont entendu l’interpellation à leur encontre et ont décidé ensemble, au terme de cette assemblée, une grande manifestation nationale le jeudi 19 juin 2014 à Paris.

Cette manifestation vise à faire connaître aux pouvoirs publics, aux médias et à la population la précarité de la situation des psychologues dans tous les champs de leur activité : santé, territoriale, associations, PJJ. Le nombre de psychologues mobilisés comptera.

La FFPP soutient l’initiative de cette intersyndicale, invite ses adhérents à être attentifs au message délivré et à rejoindre ce mouvement.

Appel intersyndical à la journée de grève et  manifestation des psychologues du 19 juin 2014

Formation des psychologues et stages : la mort annoncée

 

 

Dans le numéro 18 des Brèves de Fédérer (avril 2014), l’éditorial exprimait un certain nombre d’inquiétudes pour la formation. Par ailleurs, la FFPP et l’AEPU avaient invité les collègues des universités et des organisations à deux réunions le 17 mai dernier.

La première réunion portait sur la question de nomenclatures de master et nous rendons compte dans le numéro de Fédérer à paraître (mai-juin) du contexte et des perspectives issues de cette rencontre. Nous osons croire qu’une convergence de réflexion et d‘action trouvera un écho constructif auprès de toutes les parties invitées.

La seconde réunion portait sur les stages et nous envisagions un bilan et des perspectives d’action pour la rentrée à la suite de messages envoyés par plusieurs de nos collègues de différentes universités. Au moment de notre rencontre, nous ne disposions pas des plus récentes données sur les textes en cours d’examen au parlement dont une disposition essentielle (cf. Fédérer à paraître) fixe à 1 mois de stage la période à partir de laquelle l’obligation de gratification est due.

Les craintes que nous avons exprimées, telle qu’elles ont été reprises par l’AEF suite à une interview du début de la semaine passée (cf. Fédérer à paraître) se voient donc plus qu’amplifiées : ces nouvelles dispositions, adoptées au sénat en première lecture le 14 mai, additionnées au risque découlant de la suppression de toute sélection, signent la mort annoncée de nos formations du fait de l’impossibilité de mettre en œuvre les stages de psychologie.
La réglementation prévoit l’obligation de stage de 500h en master, reposant sur une unicité d’encadrement. Il est de la responsabilité de l’Etat d’indiquer comment il peut traiter des dispositions aussi fondamentalement contradictoires sans sacrifier une formation donc une profession, sans engager lourdement sa responsabilité vis à vis des usagers directement pris en charge par les psychologues.

Nous proposons donc d’envisager un mode d’action proportionnel au risque encouru et nous invitons les collègues universitaires, avec le soutien des praticiens, sur la base de cette annonce puis d’un texte à rapidement élaborer et diffuser avec l’ensemble des organisations et syndicats, à envisager la suspension de la mise en œuvre de nos formations de master à la rentrée, en accompagnant cette mesure de tous les moyens d’information et de pression possibles auprès des parlementaires. Jouez aux meilleurs www.kizi2games.net aujourd hui.

Benoît Schneider
Président de la FFPP

Psychologues de l'Éducation Nationale : Communiqué interoganisationnel 19-03-2014

Les organisations
- AEPU : Association des Enseignants-Chercheurs de Psychologie des Universités
- AFPEN : Association Française des Psychologues de l’Education Nationale
- FFPP : Fédération Française des Psychologues et de Psychologie
- SE-UNSA : Syndicat des Enseignants - UNSA
- SFP : Société Française de Psychologie
- SNP : Syndicat National des Psychologues
- SNUipp-FSU : Syndicat National Unitaire des Instituteurs Professeurs des Ecoles et PEGC – FSU

se sont réunies le 19 mars 2014 pour évoquer la situation des psychologues du premier degré. Il est urgent de donner aux psychologues du premier degré, une reconnaissance statutaire, à l’égal des psychologues du second degré (COPSY).

En conséquence, les organisations signataires demandent avec insistance, pour tous les psychologues de l’Education Nationale, la mise en place rapide :

  • d’un statut de psychologue pour tous les psychologues de l’Education Nationale, comme pour tous les psychologues de la fonction publique
  • d’un corps unique de psychologues de la maternelle à l’université
  • d’un recrutement par concours, externe et interne, ouvert aux titulaires d’un master 2 de psychologie, toutes spécialités, permettant de porter le titre de psychologue.
aepu afpen Logo FFPP - vertical-01 seunsa sfp new logo seul snuipp
Pièce(s) jointe(s):
FichierDescriptionTaille du fichierCreatedDernière modification
Télécharger ce fichier (Communique-interorganisationnel-19-mars-2014.pdf)Communiqué inter organisationnel du 19 mars 2014 443 kB25-03-2014 15:5525-03-2014 15:55